Rosalie Maury-Hailaust (1843-1902) Daniel Hailaust (1833-1915) Louise Hailaust-Beaupère (1870-1945) Henriette Hailaust-Boussard (1871-1950) Georges Hailaust (1870-1953)
Photo prise vers 1890, lors d'un voyage dans les Pyrénées.
En passant la souris sur chaque visage, une infobulle vous indiquera de qui il s'agit.

Famille Hailaust

Georges Hailaust

Georges Hailaust a 30 ans en 1900.

Il est né à Nantes, quai Turenne. Ses parents, Daniel Hailaust et Jeanne Rosalie Maury, se sont mariés en 1865. Ils habitent un appartement rue Saint Julien à Nantes, donnant sur la place Royale.

En 1866, ils ont un premier garçon, appelé Daniel comme son père. Georges, leur second fils, naît quatre ans plus tard, le 22 juillet 1870. Hélas, un matin en novembre 1886, Joséphine Hégron, la fidèle employée de maison, découvre Daniel, mort dans son lit. Il s'est suicidé d'une balle de fusil. Il devait partir à l'armée peu après. On ne sait pas si ces deux événements sont liés. Un an plus tard, Rosalie, la mère de Daniel, fait son testament. Elle donne mille francs au curé de la paroisse pour dire des messes à l'intention de son fils Daniel. Elle y fait aussi quelques recommandations à son autre fils, Georges :

"Je prie mon cher Georges de ne jamais oublier que Dieu lui donne de la fortune pour qu'il en donne."

En 1900, Georges est donc le seul descendant de Daniel et Rosalie. Il vit à Nantes, toujours rue Saint Julien, et travaille comme associé dans la société Hailaust, société créé par son oncle Louis et dirigée par son père, Daniel.

Petit retour en arrière :

La famille Hailaust est originaire de Seiches en Maine et Loire.

Moulin de Lézigné

Le grand père de Georges, Louis Hailaust, est meunier à Lézigné. Il exploite un moulin à eau sur les bords du Loir. Il a épousé Jeanne Chauveau avec qui il a cinq enfants.

Lorsque Jeanne décède en 1850, Louis décide de partager ses biens entre ses enfants :

  • Louis, le fils aîné, habite Nantes où il travaille comme "commis-négociant" de la maison de Mr Harmange, un armateur proche de la famille
  • Jeanne,la seconde, a épousé Joseph Maloyer, fermier.
  • Marie vient de perdre son mari, Etienne Marsillé, pontonnier près de Seiches. (Le pontonnier était la personne chargée de percevoir les droits dûs pour la traversée d'une rivière par bac ou sur un pont). Etienne Marsillé est mort juste une semaine avant Jeanne, sa belle-mère. Marie est donc veuve avec une petite fille de 4 ans Elle se remariera plus tard avec Auguste Dupin dont elle aura trois garçons
  • René, le deuxième fils, est marin au service de l'état. Il est embarqué à bord de la goélette La Gazelle et se trouve aux Antilles à la mort de sa mère. Plus tard, en 1861, devenu capitaine au long cours René embarquera sur le brick Le Petit Tondu. Hélàs, le bateau est perdu corps et biens entre Chantenay et le Gabon... On ne retrouvera jamais le Petit Tondu et son équipage.
    Embarquement Petit Tondu
  • Daniel, le dernier enfant, est encore mineur à la mort de sa mère. Il n'a que 17 ans. Il a pour tuteur son père et pour subrogé-tuteur Daniel Chauveau, son oncle maternel. En 1856, date du partage, il est installé à Nantes comme commis-négociant.

Société Hailaust et Gutzeit L'inventaire après le décès de Jeanne et l'acte notarié qui régit le partage des biens de Louis entre tous ses enfants nous apportent une multitude de renseignements sur la famille Hailaust, sur leur implantation sur la commune de Lézigné, leurs attaches familiales avec la famille Chauveau. Les Hailaust sont une famille aisée mais leur fortune viendra surtout de la société fondée par Louis, le fils aîné, en 1857. Daniel qui a mis une partie de ses économies dans la société de son frère Louis, va finir par travailler avec lui, puis s'associer avec lui pour constituer la société qui deviendra en 1908 La Société Hailaust et Gutzeit.

En 1865, Daniel épouse Jeanne Rosalie Maury.

Daniel et Rosalie Hailaust

Trois ans plus tard, Louis trouve à son tour chaussure à son pied et épouse Henriette Gaillard.

Louis Hailaust et Henriette Gaillard

La société Hailaust prospère. Louis achète en novembre 1869 l'abbaye de Villeneuve. L'année suivante, en 1870 Louis va avoir sa première fille Louise,pendant que Daniel voit la naissance de son deuxième fils Georges. En 1871, Louis aura une deuxième fille Henriette.

Louise et Henriette Hailaust

En 1872, Louis fait son testament et meurt quelques mois après, en juillet 1873. Ses filles, Louise et Henriette, n'ont que 3 et 2 ans. Daniel qui a lui-même deux garçons, Daniel 7 ans et Georges 3 ans, gardera toujours des liens étroits avec sa belle-soeur et ses nièces.

Le Château de Préfontaine

En 1886, Daniel achète alors la propriété de Préfontaine à Lézigné (Maine et Loire). Cette propriété appartenait à Bertilde Pion, la femme de son subrogé-tuteur, décédé en 1862. Il achète donc la propriété et en confie la gestion à Daniel Maloyer, son beau-frère.

Le château de Préfontaine va devenir le lieu de rassemblement de la famille pendant de longues années. Tout le monde se retrouve là-bas pour les vacances. Henriette, la veuve de Louis, y viendra très souvent avec ses deux filles. Plus tard, Louise, sa fille aïnée épousera Paul-Henri Beaupère. Elle-même continuera à venir à Préfontaine avec son mari et ses enfants. Cette propriété sera revendue par Georges, après la mort de Daniel, en 1918.

La famille Hailaust a toujours été très présente dans la vie de la commune de Lézigné. En 1900, Daniel fait un don pour la construction de l'école de Lézigné, comme cette plaque en témoigne :

Ecole de Lézigné

Un an après l'achat de Préfontaine, en 1887, Daniel achète 428 hectares de terres (dont 8 métairies) à Saint Hilaire et Chéméré, propriété du Comte de Juigné pour la somme de 643 500 francs. Il semble bien que cet achat n'ait été fait que pour pouvoir chasser.

On a peu de détails sur la jeunesse de Georges, le fils de Daniel. Il est inscrit au Lycée de Nantes (actuellement le lycée Clémenceau). C'est un bon élève, travailleur. Il doit passer ses vacances à Préfontaine avec ses cousines Louise et Henriette. Il passe ses examens de bacheliers ès lettres d'abord, à la faculté de Rennes (Il n'y a plus d'université à l'époque à Nantes). En 1891, Georges devient bachelier en droit. Il assiste au mariage de sa cousine Louise avec Paul Henri Beaupère.En 1892, ses études achevées, il entre dans la société Hailaust et commence à y travailler au coté de son père. Il devient le parrain du petit Paul Beaupère né en 1892.

La Gamoterie

En 1902, Daniel achète la propriété de La Gamoterie près de Nantes à Sucé, sur les bords de l'Erdre. Rosalie, sa femme, ne profitera pas beaucoup de cette maison puisqu'elle décède en décembre 1902. Malgré tout, cela n'empêchera pas La Gamoterie de devenir le rendez-vous de la famille, comme l'était Préfontaine. Ce sont à nouveau des séjours avec toute la famille et les Beaupère. Les vacances se passent là avec parties de billard, de pèche, de chasse.

Georges qui est devenu en 1898 associé dans la société désormais appelée la société "Hailaust et fils" travaille à Nantes et vient parfois avec le vapeur, le Saint Georges, jusqu'à La Gamoterie.

Bateau à vapeur

En 1904, Georges entre au Tribunal de Commerce de Nantes dont il devient Président de section en 1906. En 1908, un nouvel associé rentre dans la société : Carl Benjamin Gutzeit, un négociant d'origine norvégienne. La raison sociale devient "Société d'importation des Bois du Nord et d'Amérique Hailaust et Gutzeit". L'entreprise prospère et crée des bureaux et des filiales en France (Saint Nazaire, Rochefort sur mer, Paimboeuf, Lorient) puis à l'étranger (Casablanca,Rabat, Fédala). Il devient membre du Conseil d'Aministration de la Banque de France à Nantes, en 1911. L'année suivante, il entre à la Chambre de Commerce. En 1913, il fonde avec Carl Gutzeit, "La Société Nantaise d'Importation au Maroc Hailaust et Gutzeit" avec des succursales à Casablanca, Rabat et Fédalah. Par suite de la fusion de cette société avec une autre entreprise du Maroc (la Société Molline et Dahl), elle devient la plus importante au Maroc pour l'importation de tous matériaux de construction.

En 1915, Daniel Hailaust décède à l'âge de 82 ans.

Pendant la guerre de 1914, Georges sera affecté à titre civil, à la commission des transports et du ravitaillement. En 1918, Paul Beaupère, le filleul de Georges, rentre dans la société Hailaust et Gutzeit. Cette même année, Georges achète un hôtel place Mellinet dans lequel il habitera jusqu'à son propre décès en 1953.

2 place Mellinet

Il songe alors à se marier. Peut-être songe-t-il à transmettre la société à un fils ? En 1921, il a 50 ans et demande en mariage Hélène Maury, agée de 23 ans, la fille de son cousin germain Benjamin (voir arbre)

Hélène Maury

La fiche de renseignements produit à l'appui du projet de décret tendant à nommer Georges Chevalier de la Légion d'Honneur, il est noté :

"Monsieur Hailaust appartient à la maison Hailaust et Gutzeit, "Société d'importation de bois du Nord et d'Amérique", qui s'est toujours montrée d'une générosité exceptionnelle pour les oeuvres d'Assistance et principalement les oeuvres de guerre. Monsieur Hailaust possède une grosse situation dans le commerce français. La maison qu'il dirige est une des premières du genre. Membre de la Chambre de Commerce depuis 1912, il ne cesse de collaborer activement avec ses collègues de cette compagnie, à tous les travaux si nombreux et si importants qui intéressent un département industriel et commercial comme la Loire Inférieure et un port de premier ordre comme Nantes."

En 1927, il est nommé consul de Norvège. En 1931, il est officier de l'ordre de la Rose Blanche (Finlande), puis, chevalier classe 1 de l'ordre Royal de Wasa (Suède), enfin chevalier de classe 1 de l'ordre Royal de Saint-Olaf (Norvège).

Retour Haut de page

Retour Accueil